La semaine dernière, j’ai reçu une enveloppe de Pologne. Dans un premier temps, je fus plutôt intrigué puisque à ma connaissance, je ne connais personne dans ce joli pays. Et puis à la lecture de l’expéditeur, j’ai compris : il s’agissait là du nouvel album de Between The Zones, le projet de mon ami Gom, le même qui a réalisé la pochette de mon deuxième et troisième EP. Sans plus attendre, parlons donc de son travail. Parlons de ‘’Troubles’’.

  • Le pressentiment

‘’Troubles’’ est le second album de Between The Zones. Avant cela, il y eut 2 EP autoproduits et un album assez massif produit par Baptiste Bouchard, fort talentueux toulousain désormais exilé au Canada. Même si on ne se croise pas très souvent avec l’ami Gom, je me souviens avoir entendu parler des prémices de ce nouvel album quelques fois. Je pense même que, en me donnant un peu de mal, je dois pouvoir retrouver une ou deux démos en rapport. N’insistez pas, je ne vous les ferais pas écouter, je les garde pour la postérité !

En écoutant le tout premier extrait du produit fini, je fus très positivement surpris. Tout d’abord, le titre était entièrement en français. ‘’Une Ame Piégée’’ marquait une réelle prise de risque dans ce choix, et celle-ci était payante. Frontal, avec une ligne de chant très forte, des guitares puissantes et des aspects pop totalement maîtrisé, le morceau m’a laissé sans voix. Et ça, je ne le dirais jamais assez, ça fait plaisir.

J’ai écouté les autres singles avec attention et un grand plaisir, mais sans trop insister, désireux de me réserver une sorte de fraîcheur d’écoute. Quelque part en moi, mon instinct me disait que ce album allait être différent de ce à quoi je m’attendais. Et aujourd’hui, après une bonne dizaine d’écoutes, je suis ravi d’avoir eu le bon pressentiment.

Toutes les illustrations sont de Gom également. C’est important de le noter

  • Ca commence par une… Série de claques

C’est qu’il faut voir comment l’album commence franchement. ‘’Changes Are Endless’’ commence dans une réelle violence, tout en se ménageant quelques passages plus ambiants et mélodique ultra travaillés. Une vraie réussite, permettant de rentrer facilement dans l’album avant de retrouver ‘’Une Ame Piégée’’, toujours aussi prenante et épique. ‘’Reaching’’ semble calmer un peu le jeu, mais dévoile rapidement sa vraie couleur, confirmant ainsi le ton de l’album : puissance, lourdeur, mais sans négliger la mélodie. Le featuring féminin en moitié d’album vient confirmer ce dernier point.

Et lorsque l’on se met à penser mélodie, l’album nous envoie ‘’Heavy Rain’’ en pleine tronche, soit 7 minutes de blast et de riffs black metal. C’est inattendu, c’est dévastateur, c’est aussi ça le talent. Une interlude electro indus plus tard, on repart sur le plus saccadé ‘’Break’’, justement idéal pour en faire un. On peut tranquillement se laisser aller vers la fin de l’album.

Le mec a du talent, il faut le dire

  • Ça poursuit avec quelques bourre pifs

Paka de Qasar, où Gom a joué pendant un temps, vient poser quelques cris sur ‘’Transmissions’’ avec brio. Le titre est dynamique, presque punk métal, ou peut être un peu hardcore, même si les passages ambiants m’interrogent sur sa nature… Et puis au final, on s’en fout, non ? Le morceau est de toute façon très bon. Plus apaisée, ‘’No Purpose’’ ferait presque un peu danser, grâce à une mise en avant de la basse du plus bel effet.

‘’We Be Twinned’’ commence tout en douceur, l’ambiance ne laissant rien entrevoir de ce qui va suivre. C’est vaporeux, nocturne, ample et parfaitement agencé pour offrir une nouvelle pause avant l’incroyable avant dernière piste. Le morceau titre ‘’Troubles’’ est une merveille d’inspiration, développant pendant 5 minutes une sorte de post métal alternatif ambiant du plus bel effet. Deux instrumentales à la suite donc ? L’album va-t-il se finir ainsi ? Eh bien… Figurez vous que non !

‘’Bending Waves’’ voit une dernière démonstration de puissance s’imposer, à force de riffs savamment construit, relevés d’un saxophone semblant possédé, permettant à Gom d’offrir une dernière prestation absolument parfaite. Le morceau se termine en rappellant quelque peu Tool, ce qui laisse une dernière impression peu désagréable. On approuve, et on on applaudit.

Allez, on le dit : Gom a du talent!

  • Ca se termine par quelques coups au sol

Alors pour terminer, je vais m’adresser directement au concerné sur mon appréciation du disque. Mais vous pouvez rester, lecteurs et lectrices, il n’y a rien à cacher.

Gom, mon petit Gom, tu m’as impressionné. Du début à la fin, j’ai été surpris et toujours positivement. Alors pour répondre à tes espérances, cette chronique te le prouve, j’ai vraiment apprécié cet album ! Je t’envoie donc un grand bravo jusqu’à ta Polonie de résidence, et je te dis à bientôt ! Tu peux être fier de toi, et t’as intérêt à refaire un pressage car je vais en parler autour de moi de cet album !

La Bonne Bise !

Disponible sur le bandcamp du collectif Delivrances , juste ici :
https://delivrancescollective.bandcamp.com/album/troubles