Je ne savais pas trop où placer cette chronique, à tel point que je ne savais même pas si celle-ci était vraiment légitime. De l’humour sur La Dominotheque ? Et pourquoi pas ? De plus, le mec fait du cinéma, donc ce n’est pas si hors sujet que cela. Et puis il a aussi une formation théâtrale, donc… Donc, arrêtez de vous poser des questions, et lisez ces quelques mots sur Vincent Dedienne.

  • Etre drôle, c’est pas marrant

J’ai toujours eu de grandes affinités avec les humoristes. Pour tout vous dire, je pense même être trop bon public pour tout ce qui concerne l’humour. Tout, ou presque, me fait rire. Bien entendu, j’entends par là que toutes les choses réellement drôles m’amusent. Qu’est ce qui est drôle ? Qu’est ce qui ne l’est pas ? La question est aussi vaste que possible, et ce n’est pas exactement pour tenter d’y répondre que j’écris cet article.

Je ne connaissais pas Vincent avant son arrivée dans l’émission ‘’Quotidien’’ du sympathique Yann Barthès. Pas de polémiques sur celui-ci s’il vous plait, ce n’est pas le sujet, concentrez vous bon sang de bonsoir ! J’ai tout de suite apprécie son phrasé, sa manière de jouer avec les mots et sa plume. Et puis j’ai appris qu’il présentait un spectacle. Intéressant, me suis-je dis… Mais lorsque j’ai appris que le mythique François Rollin avait participé à la conception du dit spectacle, l’évidence se fit plus forte : je devais voir ce spectacle !

Non et puis regardez comme il a l’air sympa, ça donne envie.

  • Surprise sur prises

L’humour, ce n’est pas simple. Mais aller voir un spectacle humoristique, c’est toujours un peu excitant pour moi. Lorsque je vais voir un concert, même si je ne connais pas la setlist de celui-ci, je sais d’avance qu’elle va se plier à une certaine logique. Si un album est sorti, le concert va s’axer sur celui-ci, et si ce n’est pas le cas, il faudra s’attendre à une setlist best of ou thématique. Un spectacle comique ne fonctionne pas de la même façon.

Comme le dit lui-même Vincent, le choix d’un thème humoristique et large et peut s’étendre de la gestion d’un camping à la Shoah. Le trentenaire ayant le bon gout de ne choisir aucun des deux thèmes, le spectacle commence de manière assez tonitruante. Je ne vous dirais rien à ce sujet, si ce n’est qu’indéniablement, on se laisse surprendre. Et c’est d’ailleurs ça qui constitue selon moi l’une des forces du spectacle : la surprise.

Ce qu’il y a de très appréciable dans ce que raconte Vincent et dans la manière dont il le raconte, c’est qu’il parvient à régulièrement surprendre sur la tournure que prennent les choses. Nombre de blagues et sketchs faciles sur son adoption ou sur son homosexualité sont ainsi évitées ou à peine survolées. Ses digressions n’en sont que plus appréciables et même parfois touchantes. C’est bien écrit, relativement absurde sans jamais trop en faire. Et c’est tellement bien fait que l’on arrive même à se faire surprendre par la fin, après presque deux heures de spectacle.

Et puis lorsqu’on rajoute un chat, il parait même ultra profond

  • Une belle réussite

C’est une très belle réussite que ce ‘’seul en scène’’. Ca ne force jamais aucun trait, qu’il soit humoristique ou émotionnel. C’est bien entendu drole, mais avec un sens de la finesse qui fait plaisir à voir en ces temps d’humour un peu lourdaud. Ayant vu le spectacle à Metz, et la tournée arrivant à sa fin, je ne saurais donc que vous conseiller de vous ruer sur le DVD sorti tout récemment. Il y a fort à parier que vous ne le regretterez pas !

La Bonne Bise !