cinéma

Chronique Pratique : Rogue One : A Star Wars Story – Gareth Edwards

A une semaine de la sortie de l’épisode VIII de Star Wars, j’ai voulu rattraper mon retard et regarder le ‘’spin off’’ Rogue One. Curieux de n’en lire que du bien ici et là, c’est avec un réel enthousiasme que je me suis lancé dans le visionnage de celui-ci. Et ce n’est pas tout à fait avec le même entrain que je vous livre mon impression. Explications sans plus attendre.

  • Pas fan, mais…

J’ai un rapport assez particulier à Star Wars. Je ne peux clairement pas dire que je suis un fan ultime, mais je ne peux nier les faits : j’aime bien Star Wars. Même si je ne peux clairement considérer cela comme mythique en ce qui me concerne, ça possède un certain attrait indéniable… Et quitte à en choquer beaucoup, c’est bien Star Wars VII qui m’a redonné gout à la saga !

Lorsque Rogue One a été annoncé, je ne savais pas réellement quoi penser. Je ne suis pas toujours très friand des spin offs en général, les trouvant souvent encore plus risqués et bancals que les épisodes préquels. Rogue One cumule les deux particularités, puisque se situant chronologiquement entre l’épisode III et IV. C’est dire la prise de risque.

Gareth Edwards, le réalisateur en charge du projet, est loin d’être un manche. Enfin, ça se discute… Si je lui reconnais son talent indéniable, j’avoue lui trouver quelques difficultés à savoir raconter une histoire. Son ‘’Monsters’’ est intéressant, mais bien peu attrayant. Et c’est à peu près la même impression qui ressort de ce Star Wars.

Par exemple, cette image cool, mais…

  • Tout y est, sauf…

Le film raconte, assez simplement, comment une troupe de rebelles est arrivée à dérober les plans de l’Etoile Noire pour les confier à L’Alliance Rebelle de la Princesse Leia. Le synopsis est donc très simple, puisque tiré d’une simple phrase d’introduction de l’épisode IV. Tout est possible à partir d’une phrase, le meilleur comme le pire. Mais la vraie question qui se doit d’être posée, c’est la légitimité de tout cela. Est-ce que cette histoire avait vraiment besoin d’être racontée ?

En soi, elle n’est pas inintéressante. Elle permet, dans l’idée, une certaine fraîcheur vis-à-vis de la saga. Aucun jedi n’est présent, et c’est bien normal et l’univers général est excellemment respecté. Chaque scène et chaque plan font preuve d’un réel amour pour la saga. On arrive à reconnaître un style et une atmosphère propre à celle-ci. Il faut donc bien reconnaître à Gareth Edwards ce qu’on savait déjà de lui. Il a du talent, c’est encore une fois indéniable.

Alors où se situe le problème ? Est-ce qu’il y en seulement un ? Incontestablement, oui. Comme dit plus haut, le film souffre selon moi d’un problème difficile à définir mais bien palpable. Cette histoire est sympathique, les personnages le sont tout autant, mais ils ne m’intéressent pas. Ils ne sont pas mal joués ou quoi que ce soit, ils sont juste un peu transparents et souffrants d’un syndrome fort problématique : on sait qu’ils vont mourir, on sait qu’ils n’ont pas eu tant d’impact que ça sur la saga et… C’est assez embêtant pour s’y attacher. Alors oui, bien sur, ce sont eux qui ont donné les plans à l’Alliance ! Mais ça aurait pu être à peu près n’importe qui, et faire un film sur des personnages jusque là anonymes ne les rends pas plus intéressants malheureusement.

Celle ci aussi est cool, mais…

  • En attendant la suite…

S’étalant sur 2 heures et 30 minutes, le film a réellement peiné à garder mon attention tout au long de son déroulé. Si la fin s’accélère un peu, si la présence de Darth Vader fait son petit effet, il est dur pour moi de lui trouver d’autres réelles qualités. On me disait à son propos qu’il était meilleur au cinéma… Mais est ce qu’un réel bon film ne doit atteindre son potentiel qu’en salle ? J’en doute. C’est donc sans regrets que je laisse ce spin off derrière moi pour attendre sereinement l’épisode 8 !

La Bonne Bise

2 Comments

  1. J’ai beaucoup aimé, moi. Un film plus sombre, avec un côté « réaliste » (les guillemets sont importants, hein?).
    Contrairement à toi, je me suis attaché à certains personnages, qui arrivent dans cette mission pour différentes raisons. Jyn, évidemment, et surtout K-2SO, dont l’idée de la reprogrammation (et ses conséquences) est simplement géniale. Après, c’est vrai qu’ils n’ont pas l’impact des personnages originaux, mais eux ont eu plusieurs films et des années de rediffusions pour s’installer, et puis c’est un peu ça, le côté « réaliste »: les héros sont des gens comme tout le monde qui ont été catapultés là pour des raisons diverses et qui n’ont pas forcément un charisme iconique.
    Le scénario, bien qu’issu d’une simple phrase, est tout de même assez riche.
    J’ai aussi été très ému par la fin. Je ne m’y attendais pas, j’avais oublié le côté suicide de la mission (ça fait un bon moment que je n’ai pas vu la trilogie originale).

    J’ai juste un peu été surpris par le look très rétro de certains personnages, notamment les casques « protège nuque » des gardes. C’est logique, vu que ça se passe à l’époque des premiers films, mais le contraste avec le reste m’a choqué. Et l’utilisation des personnages de synthèse pour Peter Cushing et Carrie Fisher, bien faits, mais qui restent artificiels à côté de vrais acteurs.

    Bref, j’ai aimé. Le côté spin-off permet de prendre un peu de libertés avec les films d’origine. Il y a du fan service, mais ça ne me semble pas abusé pour vendre des produits dérivés, contrairement à la seconde trilogie (la course de pods de l’épisode 1, bien que palpitante, me semble avoir été faite uniquement pour sortir le jeu Star Wars Racer, par exemple), et ça explique le mystère du point faible de l’Etoile Noire vieux de 40 ans.

    • Domino

      Ah mais je comprends que l’on puisse aimer ce film ma foi. Mais j’en reparlais encore tout récemment avec un ami qui l’avait preferé au VII et définitivement, je préfère le VII! Film qui, avec le temps, arrive même à prendre une saveur particulière.

      Maintenant, j’attends demain pour le VIII avec une réelle impatience! J’espère qu’il viendra confirmer mes théories!

Leave a Reply

Theme by Anders Norén