Comme je parle pas souvent de bande originale de film, j’ai décidé de faire une exception aujourd’hui. Mais comme je ne voudrais pas faire n’importe quoi, c’est avec quelque chose de particulier que je vais m’exécuter. J’imagine alors que vous vous demandez la particularité de la B.O du jour. Je vais donc vous répondre : C’est un certain Billy Corgan qui est derrière celle de Stigmata. La révélation étant faite, on peut donc se lancer, non sans enthousiasme.

Cliquez ici pour acheter !

  • Samsung Galaxy Express 1999

En 1999, il faut noter que les Smashing Pumpkins existaient encore. Alors oui, il est probable qu’en lisant cette phrase d’introduction, l’envie de me corriger se soit fait sentir. Le groupe existe toujours, certes, mais à cette époque, le groupe avait sa forme d’origine et était au sommet de sa forme. C’était un après le magnifique album ‘’Adore’’, Jimmy Chamberlin venait de revenir dans le groupe, la vie était belle.

S’ennuyant probablement entre deux séances de compositions de morceaux mythiques, Billy Corgan a donc trouvé le temps de composer une B.O pour un film. Pour être tout à fait honnête, je n’ai plus aucun souvenir du film. Est il bon ? Est il mauvais ? Je ne vous le dirais pas dans cette chronique malheureusement. Mais, de toute manière, une bonne bande originale n’est elle pas censée pouvoir exister sans son film ?

Billy Corgan à la cool

  • Billy Corgan = Victoire

En guise d’amuse bouche, l’album commence par une sélection de morceaux plutôt sympathique. S’il est difficile de cerner le ton du film celle-ci le choix d’y place David Bowie, Massive Attack et Bjork fait plaisir à voir. C’est à la fois cohérent et divertissant. Mais c’est lorsque la belle, mais invivable, Natalie Imbruglia commence à chanter ‘’Identify’’ que les choses sérieuses commencent.

La chanson porte l’empreinte de Corgan à 2000% , à tel point qu’il est difficile de ne pas l’imaginer la chanter. De cette manière, elle fait une parfaite introduction à la suite du disque, tout aussi marquée de la patte de son auteur. En quelques morceaux, on arrive à saisir et à situer parfaitement l’état d’esprit de Corgan à l’époque. S’il persiste parfois sur quelques ambiances propre à ‘’Adore’’, on peut sentir ce qui préfigure ‘’Machina’’ se dessiner.

Totalement instrumentale, la partie ‘’Corgan’’ du disque contraste assez clairement avec sa partie ‘’Playlist’’. Aux relents parfois indus, souvent noirs et destructurés, les morceaux du Maitre ont toujours un détail qui retient l’attention. Si certains peuvent paraître un peu génériques, ce n’est jamais le cas lorsqu’on s’y attarde. Là encore, il est assez compliqué de saisir la réelle teneur du film en écoutant sa musique. Et c’est probablement aussi bien car prise à elle seule, cette bande originale est une réussite.

Mike Garson, à la cool aussi

  • Mike Garson = Argument de plus!

Aurais je oublié de préciser que Mike Garson, éminent pianiste ayant travaillé avec Bowie et Herbie Hancock, a co-écrit cette B.O avec Corgan ? Si oui, c’est un argument de plus vous forçant à l’achat de cette petite beauté. C’est pas cher, c’est cool, et c’est probablement mieux que le film ! Donc… N’hésitez pas !

La Bonne Bise