• Vol au dessus d’un nid d’oizo

Tout le monde, ou presque, a déjà entendu parler de Mr Oizo. Non ? Cette peluche jaune improbable, dodelinant sur de l’électro minimaliste, ça ne vous dit rien ? Quelque chose me disant que vous venez de taper le nom sur Google pour visualiser, disons que vous l’avez retrouvé dans votre mémoire.

Maintenant, je pense possible d’affirmer que tout le monde a déjà entendu parler d’un pneu ? On est d’accord ? Et par extension, tout le monde a déjà entendu parler d’un tueur en série ? Le contexte posé, mixons donc ce musicien cité plus haut, un pneu et une histoire de tueur en série. Nous obtenons alors Rubber. Vous suivez toujours ?

Les films de Quentin Dupieux sont une énigme. Certains diront péjorativement qu’ils sont destinés à une pseudo élite, mais de mon coté, je dirais plutôt qu’ils s’adressent à des gens ouverts d’esprit. Mais attention les copains, l’ouverture d’esprit ne doit pas tout cautionner non plus! Il n’est pas rare de s’entendre dire : ‘’T’aimes pas ce truc ? Non mais t’es fermé d’esprit, c’est pour ça aussi…’’. Stop. On peut ne pas aimer ce film, ça ne fera pas de vous un paria.

Pour revenir sur le film, Rubber parle par extension d’acceptation et de lâcher prise face à une certaine idée de l’absurdité. Le postulat est simple et présenté dès la première scène, qui brise le quatrième mur : Pourquoi certaines choses dans les films se passent sans être réellement expliquées ? C’est très simple : pour aucune raison. Et puisque pour ce personnage il n’y a aucune raison d’accepter certains faits cinématographique sans sourciller, il n’y aucune raison de refuser le départ du film : Un pneu prenant vie et commençant à tuer des êtres vivants. Et ça commence par un lapin. #NoVegan

Rubber

  • Pourquoi…Pas?

Mais ce n’est pas tout  figurez vous ! Remonté contre la terre entière, il tuera également des passants ici et la, avant de tomber amoureux d’une jeune femme rencontrée lors de son périple. Tomber amoureux ? Comment le sait on ? C’est là qu’est le talent : Quentin arrive à donner une ‘’conscience’’ à un simple pneu. Et ce n’est pas commun ça, avouez le !

Cependant, le film ne se penchera pas que sur le cas de ce pneu! En parallèle, on suit un groupe de personne installé en plein désert, non loin du lieu de crime et… Observant le film se passer devant eux comme s’il s’agissait d’une séance en plein air et à taille réelle. Le film prends alors un tournant assez étrange lorsqu’on se rend compte qu’on observe en partie des gens, observant le film que l’on est en train de regarder. #Mindfuck

Si j’ai su aiguiser votre curiosité, n’hésitez pas à vous jeter sur ce film, comme sur toute la filmographie du bonhomme. Si ce n’est pas le cas, mais que tout ça vous intrigue quand même, le conseil est identique. Et si cependant ce récit ne vous a absolument pas convaincu, merci de faire passer l’article à votre voisin, je ne vous en veux point !

On se laisse avec la bande annonce du film, histoire de vous donner un avant gout !

Rubber, disponible à la commande sur simple demande