Avec le retour des Queens Of The Stone Age va revenir un éternel débat stérile. Vous le connaissez tous, vous le craignez parfois, et vous avez diablement raison, je parle bien sur du fameux questionnement ‘’commercial ou pas commercial ?’’. J’aborderais très rapidement ce questionnement dans la première partie du texte pour ensuite me concentrer sur l’important : l’excellent nouvel album du combo. Oui, j’ai un peu spoilé la suite, mais qu’importe !

  • Commercial, vous avez dit commercial?

Réglons tout de suite cette question abordée dans l’introduction. Est-ce que le groupe est plus ‘’commercial’’ qu’à ses débuts. Probablement, oui. Est-ce que ça en fait un mauvais groupe ? Je ne crois pas, non, loin de là même. Il faut de tout façon y voir une réalité de la vie. Lorsque l’on parvient à vivre de sa passion, la logique pousse à être encore meilleur pour que le rêve se poursuive. Et ce n’est pas se trahir que de vouloir être meilleur pour continuer à vivre son rêve, on est d’accord ?

A cette question un peu futile, peut se rajouter la question parallèle de la chanson pop. On peut lire ici et là que Josh Homme cherche à faire de la pop depuis maintenant quelques albums. Est-ce encore une fois un mal ? Est il même vraiment sérieux de considérer cela comme péjoratif alors que TOUT LE MONDE adule les Beatles, eux-mêmes plutôt forts dans le domaine pop ? Je ne crois pas.

Alors je pense qu’à un moment, il faut quand même savoir raison garder. Et prendre les choses pour ce qu’elles sont. Queens Of The Stone Age est un bon groupe qui a toujours su évoluer, pourquoi est ce que sa fanbase n’en ferait pas de même ? D’autant plus que cette évolution n’a, à mon humble avis, jamais été non plus à l’inverse de la personnalité du groupe. Alors, ouvrez donc vos oreilles à cette dernière petite pépite.

Josh Homme et ses apôtres viennent prêcher la bonne parole

  • Mark Ronson, vous avez dit Mark Ronson?

Le précédent album de la bande à Josh Homme avait autant plu que diviser. C’est vrai que le pari était risqué : réunir une foule de guests, faisant croire à l’éventualité d’un ‘’Song For The Deaf 2’’ pour finalement… Ne pas faire du tout ce que l’on pouvait attendre de tout ça ! Et, selon moi, le pari était assez génialement réussi. L’album proposait une ambiance sombre, rampante et hypnotisante du plus bel effet.

A l’annonce de cet album, tout les espoirs étaient permis pour certains et toutes les craintes étaient palpables pour d’autres. Le son allait il garder cette direction plus ‘’intime’’ ? Est-ce qu’au contraire, les riffs allaient revenir plus puissants que jamais ? Mark Ronson assurant la production, là encore, tout semblait possible.

Le personnage (Mark Ronson) fait partie de ces gens dont j’aime dire ‘’je n’ai rien contre, mais je n’ai rien pour non plus’’. Il a des bons moments, et parfois des moins bons. C’est un humain quoi. Le mec a quand même produit le dernier Lady GaGa, dont je pense que du bien. Et puis il a aussi produit Lil Wayne, dont je pense moins de bien. Mais qu’importe, puisqu’aujourd’hui je parle d’aucun des deux.

Parlons plutôt de cette photo

  • Bon, vous avez dit bon?

Comme je l’ai laissé comprendre plus haut, ‘’Villains’’ est un bon album. Débutant par ‘’Feet Don’t Fail Me Now’’, il marque d’emblée sa couleur : le rock ultra groovy et un brin vintage. Groovy car malgré la simplicité de ce riff d’intro, il est impossible d’y résister. Un brin vintage car la prod est typé… Vintage en fait, mais pas trop. Le clavier et la basse ressortent clairement du mix avec une approche organisque très intéressante, tandis que Josh Homme semble affirmer son chant comme rarement.

Au niveau guitares et batterie, on est pas en reste. Troy et Homme ont un son mettant en valeur leurs excellentes capacités de composition et Jon Theodore fait ce qu’on attends de lui : des merveilles. Il n’en fait jamais trop, dans un sens comme dans l’autre et se révèle comme le successeur idéal à la puissance de Joey Castillo. Peut être même que sur des morceaux comme ‘’The Way You Used To Do’’, il se montre un peu plus créatif et groovy…

Mais on ne peut réduire l’album à ces deux premiers morceaux lorsqu’il se révèle aussi bon ! C’est un festival de bon gout que nous propose Homme et sa troupe sur les 9 titres de l’album. ‘’Fortress’’ est , par exemple, l’une des plus belles réussites du disque. Première ‘’vraie’’ pause du disque, elle marque quelque chose de très fort dans l’album, presque comme une interlude de haute qualité. Un des grands moments de bravoure du disque est aussi le morceau ‘’The Evil Has Landed’’, tout en sueur et en nuances viriles et sexy. C’est d’une évidence folle.

Le groupe a fier allure. Je suppose tout du moins

  • Je corrige: excellence est plus approprié!

Voila donc, pour celles et ceux qui ne l’auraient pas compris, une réelle réussite. Josh arrive à amener son projet vers un équilibre probablement recherché depuis longtemps. Ca a l’évidence de la pop, mais une certaine exigence d’écriture bienvenue ! C’est fidèle à l’identité du groupe, ça apporte une nouvelle dimension à celui-ci, que demander de plus ? Une suite à la hauteur ? Pourquoi pas, en attendant, ne boudons pas notre plaisir sur celui-ci !

La Bonne Bise !