Parfois, et je dis bien parfois, j’ai le sentiment que la bande dessinée souffre du même problème que le jeu vidéo. Lorsque l’on confesse aimer le sujet, les clichés sont légions : ‘’A ton age, tu aimes lire ça ?’’ ou bien ‘’mais des trucs genre Boule et Bill, ils en sortent encore ?’’. Ne rigolez pas, c’est du vécu ! Alors aujourd’hui, je vais briser l’innocence des derniers récalcitrants et prouver que la BD n’est pas que pour les enfants. Parlons bien, parlons de prostitution.

  • Surprise!

Ah vous vous y attendiez pas à celle là hein ? Que voulez vous, je suis un homme plein de surprises ! Je ne suis pas de ceux qui vont vous dire, l’air triomphant, que parfois, la bande dessinée peut parler de science fiction un peu noir ou de thriller un peu glauque. Des fictions inventives ? Des métaphores pleines de sens ? Il y en a dans le monde de la bande dessinée ! Mais aujourd’hui, on parle de la vraie vie figurez vous !

‘’Vingt-Trois Prostituées’’ est en effet autobiographique. Comme son nom l’indique avec la subtilité d’un camion benne, l’histoire traite de la rencontre d’un homme avec vingt-trois prostituées. Qu’est ce qui l’a amené à ce genre de rencontres ? Qui sont ces demoiselles ? Qui est ce monsieur ? L’histoire réponds à toutes ces questions, ou presque, avec une intelligence et un recul assez rare sur le sujet.

Chester, l’auteur et personnage principal de l’histoire

  • Les paradoxes, les contradictions, etc etc

Lorsque l’on parle de prostitution, on peut lire tout et n’importe quoi. Cependant, il est assez compliqué de trouver des choses réellement ‘’objectives’’ sur le sujet. Pour ma part, en me lançant dans la lecture de cette œuvre, je pensais y trouver un pamphlet anti prostitution. L’angle me paraissait assez facilement prévisible : un homme perdu tombe dans la prostitution, puis au bout d’un certain temps, il arrête et se rends compte de son erreur. Il écrit donc quelque chose pour militer contre cette incarnation pure et dure de la décadence moderne.

Ce n’est pourtant pas de manière aussi manichéenne que l’auteur traite le sujet. Avec un trait assez froid, il dépeint une réalité pleine de contradictions et bien moins simple à saisir que l’on puisse le penser. Si son personnage semble sans sentiments et cynique, ce n’est pas exactement le cas : la nature de son rapport face à la prostitution évolue d’une manière probablement bien plus humaine que l’ensemble de ses proches. Ceux-ci, enfoncés dans des idées préconçues et très souvent paradoxales, semblent totalement déconnectés de la réalité du propos.

C’est en ça que l’histoire que dépeint Chester Brown est intéressante. Elle n’esquive aucun aspect du problème et, à mes yeux, l’analyse avec un œil bien plus ouvert que ce que l’on peut voir d’ordinaire. L’auteur ne semble pas nier une réalité au profit d’une autre, mais semble accepter l’entièreté de la complexité de la question, même si celle ci est parfois à son désavantage. Son prisme d’analyse est à la fois personnel et ‘’universel’’. Il se débarrasse d’une certaine hypocrisie pour arriver à se placer d’une manière réellement intéressante sur le sujet. Ainsi, le livre pose de réelles questions en donnant des pistes de réponses extrêmement pertinentes.

Toutes les composantes du problèmes sont abordées, sans exception.

  • A lire avec intelligence

Alors, voila, voila, la bande dessinée c’est aussi ça. C’est parfois des sujets graves traités de manière intelligente et un peu inattendu. Et si c’est en plus fait avec un graphisme qui sort de l’ordinaire, tout est réuni pour offrir un cadre de lecture intéressant. Alors que vous soyez ouverts ou non sur le sujet, je pense que la lecture de cette bande dessinée peut se révéler très intéressante. N’hésitez pas et donnez moi en des nouvelles !

La Bonne Bise !