cinéma

Chronique Pratique : Blade Runner 2049 – Denis Villeneuve

Je ne vais pas jouer au passéiste, je déteste ça. Non le cinéma n’était pas (forcément) mieux avant. Non, les suites ne sont pas (toujours) mauvaises. Et par conséquent, oui, parfois, on peut ressusciter une saga avec brio. Il suffit pour cela d’un certain nombre d’éléments que possèdent Blade Runner 2049, et que je vais vous lister par ici.

  • Denis Villeneuve + Blade Runner =  Victoire

Lorsque ce nouvel épisode de Blade Runner a été annoncé il y a quelques années, je vais vous dire honnêtement ce que j’en ai pensé : rien du tout. J’aime le film d’origine, j’aime le livre d’origine, mais je n’ai aucun souci sur le fait de le voir exploité un peu plus. Je suis ouvert aux propositions, aux essais, au style de celles et ceux qui entreprennent des choses. Mais ça, si vous suivez le site depuis le début, vous devez déjà le savoir.

Cependant, lorsque j’ai que c’était Denis Villeneuve aux manettes, mon cœur s’est rempli de joie. J’adore ce mec, que ce soit bien clair entre vous et moi. Il a un talent fou, ses films sont géniaux, il a une vraie patte, il sait diriger ses acteurs et créer un véritable univers visuel cohérent et prenant. Et si l’on rajoute à la présence d’Harisson Ford, un petit jeunot comme Ryan Gosling devant la caméra, je ne pouvais être qu’enthousiaste face à pareille nouvelle. Spoiler : je ne fus pas déçu.

Voilà comment je me suis senti devant le film : tout petit

  • Je n’en dirais pas plus

Comme son nom l’indique, le film commence 30 ans après la fin de Blade Runner. C’est cette fois ci l’agent K , joué par Ryan Gosling, qui se place au centre de l’intrigue. Traquant les anciens modèles de Replicants comme le faisait Deckard dans le 1er épisode, K est un Blade Runner. Ai-je besoin d’en dire beaucoup plus sur l’histoire ? Je ne sais pas, j’hésite. Et je vais vous expliquer pourquoi j’hésite.

L’intelligence de Denis Villeneuve se situe à mon sens en plusieurs points. En ne parlant que de sa réalisation, on touche vraiment au sublime. Chaque plan est une prouesse de composition, de recherche et de qualité de rendu. L’univers du film se voit sublimé et agrandi par ce film, avec en prime le bon gout de ne pas avoir enfermé le film dans le même cadre que le précédent. Le début du film donne le ton rapidement : Cette suite se passera AUSSI en extérieur, ou ne se passera pas.

Et figurez vous que ces brillants choix de direction et de réalisation se ressentent également dans la manière dont l’histoire est amenée et mise en avant. Contrairement à ce que beaucoup de suites tardives proposent, il n’est pas question de copier coller pour ce film. Le propos développé est à la fois complémentaire et contraire au film précédent. Et je mettrais un doigt discret mais nécessaire sur une sorte de double retournement de situation que j’ai trouvé particulièrement amené et amenant à bousculer l’angle sous lequel on voit le film.

La force de chaque plan impressionne

  • Le temps n’existe pas

Alors, oui, je pourrais vous raconter en détails l’histoire, l’analyser et vous dire pourquoi et à quel point je la trouve excellente. Mais en repensant à ces 2h47 de film que je n’ai pas vu passer, je me dis que ce n’est pas nécessaire. Il s’agit d’apprécier le film pour ce qu’il est à 100% sans a priori. Alors si vous êtes amateurs ou amatrices de science fiction intelligente, ce film est pour vous. Il n’y a pas d’hésitation à avoir !

La Bonne Bise

4 Comments

  1. Villeneuve, avec Refn, est un de mes réalisateurs préférés.
    J’ai appris que la suite de Blade Runner allait être mise en route en même temps que le nom du réal aux manettes. Du coup, j’ai eu un à priori direct: ça ne peut être que bien!
    Je pense aller le voir dans la semaine ou la semaine prochaine. Mais, rien qu’à voir toutes les critiques, et mon amour du réal, je sais déjà que je vais aimer.

    • Domino

      Refn est en effet excellent!

      On ne peut pas ne pas aimer ce film! Tout est là, de l’hommage au matériel de base jusqu’au renouvellement de celui ci! Tu me diras ce que tu en as pensé!

      • C’est exactement ça! Je suis allé le voir jeudi.
        Pour ce qui est de l’univers, la cohérence est impressionnante : si 2019 avait été comme dans Blade Runner, 2049 serait comme dans sa suite. Il y a juste ce qu’il faut comme évolutions technologiques pour montrer que 30 ans se sont passés, sans dénaturer ce qui a été fait. Et même, il l’étend, par les extérieurs, comme tu le dis, et par les non-dits, qui ont mis mon imagination au travail.
        Visuellement, c’est sublime, à mi-chemin entre le respect du style que Scott a installé, et l’appropriation. Certains (tous les ?) plans sont d’une beauté, avec ces jeux de lumière divins. Je crois que je pourrais me repasser la bande-annonce souvent pour patienter jusqu’à avoir le blu-ray. Et au niveau sonore, ces nappes de clavier sont toujours aussi magiques.

        Le prolongement se fait aussi par les thèmes philosophiques, qui approfondissent ce qui a déjà été dit sans aller complètement dans le même thème.
        En fait, il est à la fois plus accessible (car le premier film, s’il n’a pas vieilli, a quand-même une vision très 80’s du futur, ce qui peut décontenancer ceux qui le découvrent aujourd’hui), et creuse en même temps plus profondément dans ses thématiques. Surtout qu’il en propose plusieurs.

        Les personnages sont géniaux, souvent fouillés, même certains qu’on ne voit que quelques minutes. Je suis complètement fan de celui de Joi, qu’Ana de Arma incarne avec un charme fou, et de sa relation avec K.

        En fait, c’est pas juste une suite réussie, ça va au-delà de ça et c’est un film de SF marquant.
        Je savais que je ne serais pas déçu, mais il est allé encore plus loin que mes attentes.

        • Domino

          Content de voir qu’il t’a plu!

          Villeneuve est très fort et a fait un travail magnifique sur ce film… C’est dommage de voir que, je crois, le film n’a pas tant marché que ça… J’en viens vraiment à me demander ce que les gens veulent voir quand même…

Leave a Reply

Theme by Anders Norén