musique

Chronique Pratique : AqME -AqME

AqME est l’un des plus beaux groupes de la scène rock/métal en France. Je l’affirme haut et fort, sans aucune envie de me justifier. De toute façon, les faits parlent pour moi : leur carrière dure depuis une bonne quinzaine d’années et malgré les départs et les coups durs, le groupe avance. Et il avance très très bien ! C’est exactement ce que démontre ce nouvel album !

  • Que disait Charles Trenet?

‘’Que reste-t-il de nos amours ?’’chantait il. Pour répondre à cette question concernant AqME, je dirais que tout est là, tout est comme au premier jour. Les erreurs de production du 3ème album sont pardonnées, le départ de Ben et Thomas également, tout est oublié. Car en 2017, AqME est plus en forme que jamais, qu’on se le dise !

Quelque part, AqME me fait un peu penser à un groupe que j’affectionne particulièrement : Deftones. Le temps n’a pas d’emprise sur eux, et même si parfois certains s’étonnent de les avoir encore en activité, qu’importe ! Ce qu’ils savent partager est d’une telle force qu’ils n’ont nuls besoin de se soucier de ceux qui les oublient.

Le groupe, maintenant, prêt à en découdre

  • Rappel des faits

Premier album éponyme pour le groupe, ce nouvel opus a de quoi étonner. Continuité ou retour aux sources ? C’est un peu plus compliqué que ça je dirais. Selon moi, en analysant le son du groupe, en recoupant ce qu’il en dit en interview, on peut découper la carrière du groupe de cette manière.

Après un premier et un second album dans la continuité, le troisième représenta un unique faux pas qui ne sera plus reproduit. Comme pour court circuiter le mauvais choix de production de l’opus précédent, le quatrième album fut à ce moment là le plus brutal du groupe. Et comme s’il savait qu’il allait partir ensuite, Ben y livra ses riffs les plus massifs. Et puis Ben quitta le groupe. Petit anecdote rigolote, votre serviteur s’est alors proposé comme guitariste, mais vous l’avez deviné, votre serviteur n’a pas été pris. Et c’est aussi bien.

C’est aussi bien car Julien a un toucher de guitare assez exceptionnel. ‘’En L’honneur de Jupiter’’ marque une transition assez intéressante vers une nouvelle partie de carrière. Un peu plus technique, sans sacrifier la mélodie, cet album annonce la violence de son opus suivant. ‘’Épithète, Dominion, Épitaphe’’, dernier album enregistré avec Thomas sera un condensé de violence presque too much. C’est gros, c’est puissant, c’est technique mais… Est-ce vraiment AqME ? L’EP enregistré ensuite avec Vincent laissera la question en suspens. Et puis les réponses viendront s’imposer d’elles mêmes.

Vincent ne fut pas si simple à intégrer au départ

  • Et maintenant, que vais je faire?

‘’Devisager Dieu’’ était une vraie réussite. Court, concis, efficace, il semblait annoncer un retour de la mélodie chez le groupe. Cet album confirme cette tendance, révélant donc plusieurs choses. Premièrement, la mélodie est bien de retour, de manière plus affirmée mais sans sacrifier la violence. Deuxièmement, ce retour est intelligent et ne consiste pas à un simple copier/coller de leurs travaux passés. Troisièmement, en réussissant pareille combinaison, le groupe sort peut être ici son meilleur album.

L’introduction courte rappelle un peu l’introduction de l’album d’Hérésie, mais chantée et avec plus de force évocatrice. Derrière ça, le combo ‘’Tant D’Années’’ et ‘’Refuser Le Silence’’ sont d’une efficacité claire et nette. On retrouve une production chaleureuse, grasse sans excès, et où chaque instrument trouve sa place.

Mais la première réelle surprise vient d’un titre comme ‘’Enfant Du Ciel’’. Débutant dans une sorte de lumière mélancolique que suggère la magnifique guitare de Julien, elle accroche l’oreille dès ses premières secondes. Et puis Vincent commence à chanter et la magie opère. Lorsque le morceau s’envole vers quelque chose de plus lourd, on est assommé par ce que dégage le morceau. Et le plaisir ne fait que commencer !

Le plaisir est palpable, mais aussi… Graphique

  • Rien ne les arrêtera, en effet

‘’Rien ne nous arrêtera’’ avec Reuno de Lofofora fait oublier le feat. approximatif présent sur Épithète, Dominion, Épitaphe. Les deux voix se marient à merveille, le subtil arrangement supplémentaire sur les refrains finissant de rendre le morceau indispensable. Il faut aussi voir ce que dégage un morceau comme ‘’Si Loin’’ ! Le départ se fait en douceur, et puis tout le monde s’unit sur un refrain d’une réelle beauté ! Quelle claque !

Et puisque j’en suis à parler de claques, comment ne pas parler de ‘’Tout est supplice’’ et de son riff ultra massif, s’enrichissant de subtilités bienvenue tout au long de son avancée ? ‘’Un damné’’ est plus classique mais tout aussi efficace, tout comme ‘’Meurs !’’.

Pour tout ceux qui oseraient encore en douter, Vincent se confirme comme un chanteur exceptionnel sur ‘’Une Promesse’’. Mais également sur ‘’Se Souvenir’’, avant dernière piste de l’album, tout en tension sous jacente. Tout se finit sur M.E.S.S, dernière offrande tout en violence, qui clôt l’album d’une manière tout simplement fantastique. On applaudit ! Si si j’insiste, on se lève et on applaudit !

Je ne sais pas quoi dire sur cette photo mais je l’aime bien quand même

  • Bon, on arrête les bêtises et on va acheter le CD

C’est fantastique ! Je ne sais pas vraiment quoi dire de plus sans en faire trop ? Est-ce que j’en fais peut etre déjà trop ? Je ne crois pas, non ! Lorsque l’on peut être fier d’avoir un si beau groupe sur la scène française, il faut le dire haut et fort !

Alors je le dis, je le clame : AqME doit être soutenu et écouté, plus que jamais ! Si vous n’êtes pas encore convaincus, il suffira d’une seule écoute de cette merveille pour changer la donne ! Régalez vous !

La Bonne Bise

2 Comments

  1. Je n’aimais pas Aqme. Je trouvais le groupe faussement intelligent, avec des thèmes prétendument plus adultes que leurs compères de la Team Nowhere. Et puis, il y avait aussi ce chant clair, assez pataud (proche de Sirkis parfois, ce qui n’est pas un compliment). Mais leurs nouvelles fréquentations (Memories of a Dead Man, Cult of Luna…) ont pas mal changé la donne et Épithète, Dominion, Épitaphe, si je n’aime toujours pas le chant français (question de goût pur et simple pour le coup), possédait quelque chose de surprenant, dans sa violence. Je n’ai pu écouter qu’un bout chez un disquaire, mais j’ai failli l’acheter, pour un groupe que je n’aimais pas, c’est beaucoup.
    Et puis maintenant que le chanteur est parti, pour un remplaçant très convainquant (malgré l’absence de chant clair chez The Butcher’s Rodeo, très très bon groupe, il m’a déjà séduit), il y a des chances pour que ce soit du tout bon.

    • Domino

      Ah la comparaison avec Sirkis c’est même terrible! Ils avaient d’ailleurs fait un très mauvais titre ensemble sur Alice et June…

      Mais oui, Vincent est assez impressionnant comme chanteur, donc le groupe mérite vraiment d’être redécouvert je pense

Leave a Reply

Theme by Anders Norén