Pourquoi n’ai-je qu’un seul album de Tori Amos dans ma collection ? Est-ce parce qu’il s’agit du meilleur ? Ou bien peut être que je vis dans un monde parallèle ou un seul album de cette grande artiste serait sorti ? Est-ce qu’il y a vraiment une bonne réponse à cette question ? Je n’en ai aucune idée, mais en tout cas, cela ne nous empêchera pas de parler en détails de cet album.

Cliquez ici pour acheter !

  • Quoi penser?

Il me semble, et j’insiste sur la notion de ‘’sembler’’, que mon premier contact avec Tori Amos s’est fait grace à Maynard James Keenana. Mais si, vous savez, Tool, les albums tout les 12 ans… Eh bien, si mes souvenirs sont exacts, il semblerait que dans un temps lointain, Tori et lui furent en couple. Incroyable, n’est ce pas ? Cet instant people étant désormais terminé, concentrons nous sur la musique.

Je n’ai jamais su quoi penser vraiment de Tori Amos. Et pour être tout à fait précis, je dirais même que je n’ai jamais su quoi en penser dans l’appréciation positive qu’elle m’inspire. C’est très simple : je trouve ça bien, parfois même très bien, mais cependant quelque chose m’interroge dans l’ensemble de ce que la demoiselle propose. Et si la réponse à ma question était ailleurs ?

Peut être que dans la réponse est dans les origines de Tori. Réponse à donner dans les commentaires, et sans tricher!

  • Ne pas penser

La réponse est déjà dans un élément certain : le piano. Je l’ai peut être déjà dis dans ces pages mais… Je suis très très très friand de piano. J’adore ça, je ne pourrais écouter que ca et bien plus encore peut être. Depuis toujours, le piano me semble presque être un instrument quasi surnaturel, se suffisant à lui-même dans toute sa grâce et puissance évocatrice.

Il est évident que Tori Amos maitrise admirablement bien cet instrument. Son toucher est inspiré, précis, et subtil à la fois. C’est un régal de tout les instants, dont la force créatrice sait se renouveller presque à chaque chanson. L’album est riche de nuances, de sensibilité et de talent, c’est un fait. Il faut noter également la beauté de la voix de Tori, impériale de la premiere à la dernière note. Deux éléments assez primordiaux dans sa musique, la voix et le piano, sont donc à un très haut niveau.

Et si l’on devait bien trouver un défaut à l’album, celui-ci se situerait probablement dans sa longueur. Le défaut est d’ailleurs commun à beaucoup d’album de l’artiste. Même si au vu de la qualité de ce qu’elle propose, on peut naturellement se poser une question : est ce vraiment un défaut ? Même si je suis le premier à défendre l’écoute d’album complet, et même si celui-ci est fort long, il faut reconnaître l’évidence : il est excellent. Il serait donc bien dommage de s’en priver.

Une femme, un pia… Non, une femme, deux pian… Ah ben non plus… Une femme, trois pianos et ça suffit!

  • Y penser

Comme dirait l’autre, il faut savoir prendre le temps de prendre son temps. Dix huit titres, c’est long, j’en conviens, mais lorsque c’est bon, ce n’est rien. C’est donc sur cette très belle rime que je vais finir cette chronique, vous laissant faire ce qu’il vous reste à faire : vous procurer ce petit concentré de talent.

La Bonne Bise