Jusqu’à cette chronique, je n’avais étrangement aucun souvenir de The La’s. La pochette me parlait, je me souvenais l’avoir écouté, mais je ne mettais aucune note de musique dessus. Pour être tout à fait honnête, il faut quand même bien se dire que je ne suis pas non plus très fan de rock anglais. Mais pour être également honnête, je suis ouvert à toutes suggestions positives, c’est bien connu. Et c’est bien la raison pour laquelle nous allons parler de l’album du jour!

  • C’est quoi ce nom ?

L’habit ne fait pas le moine, c’est bien connu. Et c’est une assez bonne chose dans le cas des La’s, qui ont quand même un sacré nom de pacotille. Ça ne fait pas rêver, ça ne vends rien, on ne sait pas du tout ce qu’on va écouter et lorsque l’on y réfléchit un peu, c’est surement aussi bien comme ça.
Pour ceux qui ne le savent pas, ou qui ont la mémoire aussi pourrie que la mienne, le groupe s’est formée en 1983. Le premier (et unique) album étant sorti en 1990, on pourrait légitimement penser que le groupe est composé de gros fainéants. A cette affirmation un peu précipité, je répondrais par une réponse assez nuancée… Qui se trouve dans le paragraphe suivant.

Bon si l’habit ne fait pas les moines, faut bien avouer que les moines n’ont pas une super tronche non plus

  • Ni pour ni contre, bien au contraire

En écoutant cet album une première fois, puis une seconde, puis une troisième, quelque chose ressort indéniablement de tout ça. Premièrement, le fait de relancer l’album si facilement est bon signe. Il ne dure en effet que 35 minutes, les chansons semblent courtes et, étonnement, le sont. Tout ça semble assez simple et évident, à tel point qu’on ne voit pas le temps passer. On aimerait être de mauvaise foi, et se dire que, quand même, les mecs ne se foulent pas trop. On aimerait bien.

Mais finalement, pourquoi devrait on forcément se compliquer la vie ? Si un peu de simplicité allié un talent évident de mélodiste suffisait à faire un bon disque ? Si un riff ultra groovy et dansant comme celui de  »Failure » justifiait l’achat du disque ? Ou bien peut être qu’un titre comme le plus long ‘’Looking Glass’’ serait le plus à même de charmer n’importe quel auditeur ? Et puis non, je ne parlerais pas du célèbre titre de cet album, certes très bon, mais auquel je préfère par exemple l’introductif ‘’Son Of A Gun’’ ou bien encore ‘’I Can’t Sleep’’.

Je ne comprends pas cette photo

  • De l’interêt de se rafraîchir la mémoire

Il ne faut jamais laisser sa mémoire flancher ! Car lorsque c’est le cas, on risque d’oublier des disques aussi réussis que celui-ci. Un seul album au compteur donc pour The La’s, mais lorsque l’on sait celui-ci aussi mélodiquement efficace et aussi facilement appréciable, on ne peut que saluer. Amoureux de jolis moments musicaux, de riff évidents et d’évasion, ce disque est fait pour vous !

La Bonne Bise

Clique sur cette phrase pour accéder au bonheur !