Une boite à rythmes, un chanteur guitariste et une bassiste, pas le temps de niaiser comme dirait l’autre. The Austerity Program va tant à l’essentiel qu’il ne nomme pas ses chansons, leur apposant seulement des numéros, sans même que cela soit systématique d’ailleurs. Et puisque le concept est présenté, parlons sans plus attendre de ‘’Black Madonna’’.

Cliquez ici pour acheter !

  • L’importance de bien choisir son nom

Je crois avoir découvert ce groupe lors de pérégrinations hasardeuses sur youtube. Et comme le hasard fait parfois bien les choses, j’ai tout de suite accroché. Cependant, il est à noter que derrière les jolis fleurs ornant la pochette de l’album, le son du projet n’est pas forcément ultra accessible non plus. Même si… Même si… Ce n’est pas totalement inaccessible non plus.

En fait, The Austerity Program cultive une sorte d’ambiguïté. De son nom vient en effet une certaine austérité rêche et directe. La guitare est très abrasive, se confondant avec les claquements d’une basse elle aussi hyper rugueuse. La boite à rythmes est pour sa part assez étonnante, puisque à la fois riche et clairement ultra mécanique. Elle donne presque l’impression d’être une sorte de batteur au jeu déshumanisé, ce qui colle parfaitement au projet.

Je ne comprends pas vraiment cette photo

  • L’importance de bien choisir sa musique

L’album commence sans laisser de doutes sur ses intentions. Les riffs sont rageurs et très directs, accrocheurs sans être trop mélodieux et inversement. Lorsque le chant arrive, il est presque lointain, scandé, pas tout à fait hurlé, provoquant une distance assez étonnante.

Le disque semble faire tout pour perdre l’auditeur tout en, paradoxalement, faisant tout pour le garder. C’est dans ce constant paradoxe que se situe la musique du duo. Parfois, les morceaux sont pendant plus de cinq minutes assez bruitistes, ne distillant que quelques mélodies auxquelles se raccrocher. Et parfois, ceux-ci ne durent qu’à peine une minute, sans même que l’on ait le temps de saisir leur sens. C’est perturbant.

Une fois l’album terminé, on en ressort un peu chamboulé, intrigué par ce qui vient de nous être proposé. On en redemander, sans trop oser se l’avouer. Que vient il exactement de se passer ? On veut clairement en savoir plus !

Bon alors visiblement, non, il n’y a pas de batteur

  • L’importance de bien choisir son désir

‘’Black Madonna’’ est un album à écouter. C’est une bien étrange pièce musicale, qui ne laissera personne indifférent. N’est ce pas là le but de toute œuvre artistique ? Il se passe réellement quelque chose dans cet album, et je vous invite à franchir le pas afin d’en découvrir davantage !

La Bonne Bise