Il y a quelques temps déjà, je vous avais parlé de Stina Nordenstam et de son premier album, Memories Of A Colour. Vous ne le saviez pas encore, mais je ne comptais pas en rester là ! Me voilà donc à vous parler de son troisième album : Dynamite.

Cliquez ici pour acheter !

  • Dynamite?

Il y a, parfois, des noms d’albums qui ne m’inspirent rien. En plus de ça, il y a également des pochettes qui ne me parlent pas non plus. C’est le cas de l’album d’aujourd’hui. Lorsque je l’ai eu en mains pour la première fois, je suis resté un peu froid face à ce qu’il m’inspirait. Je n’aimais pas son titre, je n’aimais pas son visuel. Que faire alors ?

La réponse est d’une évidence pourtant évidente. Pour me défaire de mes préjugés, il n’y avait qu’une seule et unique option : l’écoute. Finalement, pourquoi se poser autant de questions ? N’avais je pas un excellent souvenir de son premier album ? C’est donc le cœur vaillant et plein d’espoir que je me suis lancé dans la découverte de ce nouvel opus dans la carrière de Stina.

Il est très peu simple de trouver des photos de la demoiselle, alors profitez en plus qu’elle sur cette photo

  • Le changement dans la continuité

Si l’on voulait définir les choses d’une manière un peu simple et facile, on pourrait que la couleur de cet album est un peu plus rock que les précédents. On pourrait alors imaginer un format un peu lisse, presque un peu pop rock, parce qu’on le sait tous, les clichés ont la vie dure. Ce n’est pas cependant pas vraiment le contenu de ces chansons.

Tout d’abord, on retrouve toujours le très joli brin de voix de Stina. Toujours avec autant de fragilité et de maitrise, elle porte ses chansons avec un réel savoir faire. Comme sur son premier album, sa performance est d’une réelle justesse. Cependant, à la différence de son premier album où les arrangements jazzy venaient s’harmoniser avec une réelle perfection avec sa voix, les choses sont ici différentes.

Le choix d’une production un peu plus rock, et d’arrangements vaguement plus dissonants, est à la fois surprenant et judicieux. D’une part, il évite de tomber dans une lassitude qui se pourrait inhérente à ce type de voix. On aurait vite fait de tourner en rond dans le cliché dans la chanteuse à petit voix jazzy. Ce n’est heureusement pas le cas. Mais en choisissant de souligner son timbre par un son un peu plus ‘’dur’’, le contraste se fait alors évident et ultra prenant. L’album a un charme que ses précédents n’ont pas et c’est ce qui fait de lui un indispensable !

Cette photo ne correspond à la période de l’album, mais je fais ce que je peux!

  • Laissez vous faire!

Tout en contrastant son projet sans nuire aucunement à sa cohérence, Stina Nordenstam lui donne un second souffle assez fantastique. Que cet album soit pour vous une porte d’entrée dans l’univers de la demoiselle ou non, il possède bien trop de qualités pour être mis de coté ! Laissez vous faire, c’est pas cher !

La Bonne Bise