Si la réincarnation existe, je souhaite un jour me réincarner en pianiste. Depuis ma plus tendre enfance, le piano est probablement l’un des instruments qui me fascine le plus au monde. Pourquoi celui-ci plus qu’un autre ? Pourquoi ne pas vouer une passion dévorante pour la cornemuse ? Je ne sais pas, je ne l’explique pas. Mais ce que je vais tenter d’expliquer ce matin, c’est mon gout pour Michel Petrucciani.

Cliquez ici pour acheter !

  • Sacré Michel

J’ai découvert le sympathique Michel un soir d’été si je me souviens bien. A l’époque, j’étais jeune, fou, et mes cheveux longs se mêlaient à la douce brise de cette matinée ensoleillé. Je n’ai jamais été très auditeur de radio, mais ce matin, celle-ci était allumé et un morceau passait. Était ce un oiseau ? Était ce un avion ? Bien sur que non, puisque cela n’avait aucun rapport. Il s’agissait tout simplement de Monsieur Petrucciani, Michel de son prénom, Mich-Mich pour les intimes (cette dernière info est cependant à vérifier).

Après ce premier contact, je n’ai fais qu’effleurer l’œuvre du monsieur par bribes. Au fil des années, sans fouiller réellement la discographie de l’artiste, je suis régulièrement retombé sur lui, toujours avec plaisir.C’est probablement lors de l’une de ces périodes que j’ai du me procurer le disque dont il est question aujourd’hui. Un double live, à la tracklist ‘’courte’’ mais intense car lorsqu’on aime… On ne compte pas.

Le Maître en action

  • Se suffire à soi même

Ce que j’aime dans le piano, c’est qu’il se suffit à lui-même. Aussi, ce que j’apprécie particulièrement, c’est que de mon point de vue, etre démonstratif au piano ne sert strictement à rien. Il n’y a pas de shreddeur dans ce domaine, et ce qui peut paraitre vaguement kéké dans le monde de la guitare est inenvisageable dans le monde du piano. Le piano est un instrument noble et subtil que Michel Petrucciani manie à la perfection.

Il y a un moment dans ce live où Michel confie ne pas savoir écrire de jolis mots. Qu’importe lorsque l’on joue de cette manière. Tout au long du disque, la finesse de son interprétation transcende de par sa justesse. ‘’Love Letter’’ est par exemple d’une beauté à pleurer de bonheur, magnifiquement conclu par la standing ovation d’un public conquis.

Parfois, le talent de Michel arrive à nous faire redécouvrir des morceaux pourtant bien connus. Sa lecture de ‘’Besame Mucho’’ est d’une force très touchante tout comme son hommage à Thelonious Monk. Il est à noter également l’incroyable medley de 40 minutes de ses chansons favorites. Telle une odyssée de souvenirs, il laisse découvrir une très belle partie de la sensibilité de l’artiste. Il est impossible de ne pas être touché par quelque chose d’aussi beau !

Je ne vais rien dire dire sur cette photo. Voilà.

  • Faisons court

Je ne sais pas quoi vous dire pour conclure. Je vais donc faire court. Offrez vous un moment de bonheur et de fascination. Offrez vous la chance de découvrir ou de redécouvrir Michel Petrucciani.

La Bonne Bise