On ne parle pas trop de hip hop par ici, ne trouvez vous pas ? Moi je pense que c’est un tort, et comme je suis le chef, je décide de changer les choses ! Voila donc, venu du fond de mon stock, un EP de hip hop à découvrir ! Ça se nomme Kabal, c’est sorti en 1996 et pour tout vous dire… Ça vaut le détour !

  • Petite présentation tout d’abord

Tout commence à Bobigny, en 1993. Né de la collaboration entre D’ et Djamal, Kabal s’inscrit dans un courant qu’il ne serait pas bête de nommer le rap conscient. Conscient de quoi me diriez vous ? Vous ne le dites pas ? Dites le, posez vous des questions que diable ! Que j’y réponde !

En imaginant donc que la question vous ait effleuré l’esprit, je vais donc y répondre. La conscience dont il est question, dans le genre musical ou dans le titre de l’EP, concerne donc le monde qui nous entoure. La société, ses questions, ses problèmes, mais parfois également ses solutions, voila un petit panel des sujets abordés. Je sais que tout ça peut surprendre lorsqu’on voit les thèmes abordés par les rappeurs aujourd’hui, mais que voulez vous…. Tout change !

D’ et Djamal vous accueille dans un intérieur cosy pour vous montrer ce qu’est le vrai hip hop

  • L’importance d’une bonne tracklist

J’ai souvent le même reproche à faire envers les productions hip hop : c’est long. Et pourtant j’aime ça le hip hop, c’est un fait et une vérité indiscutable ! Mais lorsque certains albums affichant sans honte 16 titres, dont autant de featurings, ou parfois même proposent un double album de deux fois 16 titres… Je me sens dépassé ! Que faire ? Par où commencer ?

Cet EP, ou mini album, ne pose absolument pas cette question. 6 titres, dont une intro et quelques instrus. Une fois l’introduction passée, on est immédiatement saisi par le propos. Le beat est sombre, les voix rocailleuses, le flow hypnotique, rendant la réussite totale. Avec un certain gout pour la dissonance, et en semblant chercher des influences bien au dela du rap, les instrus de Kabal ne sont pas sans rappeler celles de Cypress Hill. On a connu pire référence.

On peut noter que si les morceaux ne sont jamais en dessous de la barre des 4 minutes, mais en raison de leur construction assez riche, ils n’ennuient jamais. Le très célèbre Rockin’Squat vient poser sa voix sur ‘’Mort De Peine’’, grand morceau du disque. Son piano assomme tout autant que son beat, et son flow rampant sait se rendre particulièrement frappant.

L’EP se termine après ‘’Le Futur Meurt En Silence’’, titre un peu plus old school, rappelant parfois NTM avec quelque chose d’un peu plus dérangeant dans l’atmosphère. Les bonus restent bien agréables pour poursuivre l’expérience, sans être cependant réellement indispensables.

Concours : Devine à qui appartient ce dos et gagne mon profond respect! (Ben oui, je vais pas faire gagner le CD, faut bien manger)

  • Pourquoi faire plus long ? Tout est là

Pour finir, je ne tirerais pas gratuitement dans les pattes de nombre de rappeurs actuels mais les faits sont là : C’était quand même sacrément bien fichu avant ! Si vous êtes un peu fatigué du rap game actuel et que rien ne trouve grâce à vos oreilles, cet EP saura très probablement vous combler ! Court, efficace, travaillé et particulièrement prenant, il sera à sa place dans vos petites mains avides de découvertes !

Bonne écoute !

La Bonne Bise

Disponible à l’achat en cliquant sur cette phrase !