J’ai découvert Jarboe un jour d’été parisien, dans un disquaire aujourd’hui parisien. Il m’est cependant impossible de dire aujourd’hui si son nom m’était déjà apparu quelque part auparavant. Ne connaissant pas les Swans à l’époque, je pense que mon achat tenait plus du simple hasard instinctif que d’une réelle investigation quelconque. Mais encore une fois, le hasard fut plutôt heureux !

Cliquez ici pour acheter !

  • Pas le temps de niaiser!

Pour une fois, je ne vais pas faire d’historique de l’artiste. L’album étant double et assez chargé d’informations, autant aller à l’essentiel ! De toute façon, tout ou presque a été dit ou suggeré dans l’intro : Jarboe a fait partie des Swans, l’illustre groupe monstre de Michael Gira. Elle fut même en couple avec le personnage, ce qui peut donner une idée de sa personnalité. Ceci dit, que dire de plus ?

D’autant plus que, pour être totalement honnête, je ne suis pas terriblement familier de l’œuvre de la dame. Donc autant se concentrer sur le ressenti que me procure l’album en question, sans s’en poser davantage, des questions ! Que dire alors sur la manière dont ce premier CD se lance ? ‘’This Is Life’’ pose les bases d’un rock un peu mystique. Le riff est répétitif, le chant parfois susurrée, parfois plus claire, comme un voile flottant au vent. Ce premier titre est à la fois d’une fraîcheur et d’une lourdeur paradoxale et complémentaire. C’est bien vu, ça donne envie de poursuivre.

Michael Gira et Jarboe, un couple qui avait tout pour être épanoui. Ca se voit, regardez Michael Gira

  • Guitars and Rythms

‘’Found’’, qui lui fait suite, est plus tribal et shamanique. La chanson saisit, fait un peu frémir avant d’être remplacée par ‘’To Forget’’, d’une douceur hypnotisante. Son ambiance semble venir d’un autre époque, avant que le refrain vienne souligner une intention bien plus rock. Le reste de l’album avance alors d’une très jolie manière, comprenant de jolis moments de grace tels que ‘’Woman’s dreams’’ et son mysticisme déconcertant. En fin d’album, on trouve également un peu plus de violence comme sur ‘’Feral’’, rappelant un peu le passage de Jarboe dans les Swans. ‘’Your Virgin Martyr’’ fonctionne très bien en tant que ballade sale finale, et permet de lancer le second CD avec envie.

Le deuxième CD semble débuter avec une sorte de faux semblant assez intéressant. Une version alternative de ‘’This Is Life’’, dans un style un peu dub electro se déroule pendant près de six minutes. Inattendu ? Pas tant que ça, puisque le premier CD se nomme ‘’Guitars’’ et le second ‘’Rythms’’ ! La sauce prends assez rapidement sur cette deuxième partie de l’album, même si au premier abord, celle-ci peut paraître déconcertante. Parfois un peu Kitsch, comme sur ‘’Angel David’’, parfois très dansant comme sur ‘’Angel Jim’’ , la tracklist enchaîne les moments surprenants. C’est un plaisir de tout les instants, nuancé par des pépites ambiantes comme ‘’Penance’’ ou ‘’Subtraction’’.

Une certaine idée de la classe

  • Provoquer la contradiction

Avec deux facettes totalement opposées, ce double album se présente comme assez indispensable à écouter ! Les ambiances et les idées se répondent, se complètent, se nuancent et parviennent à définir un univers envoûtant dès les premières secondes de la première écoute ! La conclusion est donc simple : il vous faut écouter cet album, et pas qu’une fois !

Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

La Bonne Bise !